Atterissage.

Publié le par mamande4

 

Très chère responsable des ressources humaines, très chère direction, chers collègues,

 

 

Je pensais que mon message était clair.

Je pensais que choisir de faire une pause maternité/enfants était respectable en soit, comme de vivre pour faire fructifier sa carrière.

Hélas, ce n'est pas le cas.

Je constate ou j'apprends que non seulement vous désapprouvez ce choix mais qu'également, vous le (me?) jugez.

Vous pensez que la naissance de mes enfants est un prétexte pour repenser et réorienter ma carrière?

Non ce n'est ni un prétexte, ni une excuse, c'est MA priorité.

Jamais, vous ne passerez avant MA famille, c'est une évidence pour moi.

Non, je ne prendrez pas soin des autres, je ne serez pas disponible et corvéable à merci, au détriment de ceux qui me sont chers.

Je n'ai aucun choix à faire, sinon celui qui est juste pour nous, le choix de l'équilibre et de l'harmonie pour moi et pour eux.

 

Votre attitude harcelante, haineuse, déplacée ( et diffamatoire, hélas) à mon égard m'attriste, j'avoue que vous avez quand même réussi à me pourrir quelques jours de la fin de ma grossesse, que mon congé de maternité a été quelque peu pollué par d'énormes remises en question.

Quelle image vous ai-je renvoyé qui justifie à ce point de telles réactions?

 

 

Tout cela à présent est passé, bel et bien fini.

 

Je tourne une page.

 

Je garde malgré tout le positif, vous pensiez sans doute que j'allais partir sans?

Je vous laisse à votre amertume, vos pressions, votre mètre carré de pouvoir et de supériorité, vos idées de "politique de l'enfant unique" .... que sais-je?

J'ai un peu de mal à vous souhaiter "bon vent" ou "bonne continuation", ce serait un peu hypocrite de ma part.

Je n'ai pas l'étroitesse d'esprit de vous souhaiter du mal, loin de là.

J'espère qu'un jour, vous arrêterez de juger les personnes qui ont une vie trop éloignée de la vôtre, qui font les choix que vous ne feriez pas.

Qu'un jour, vous serez capable d'empathie, de compréhension.

 

J'ai mis du temps à digérer. Je sais aujourd'hui, j'ai les pieds sur terre et que j'avance sur le chemin qui est bon pour moi, dans le moment présent.

 

Entre vous et moi, ce n'est pas qu'une histoire de boulot, c'est aussi le rapport de force, la place de la femme, de sa maternité dans le monde du travail, sa valeur, ses choix.

 

Pourtant,très chère responsable des ressources humaines, très chère direction, chères collègues, vous êtes des femmes avant tout, certaines sont mères, qu'est-ce qui a si mal en vous qui justifie autant de violence envers d'autres femmes?

 

 

 

 

 

 

 

 ....Aux armes citoyennes!

 

 

 

 

 

Publié dans Inclassable

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
W
<br /> Merci!<br />
Répondre
A
<br /> c'est navrant de devoir se justifier de la sorte. Alors t'as donné ta demission?<br />
Répondre
M
<br /> <br /> pour l'instant, j' "épuise" les congés possibles et légaux : parental, interruption de carrière, ... j'ai prévenu qu'après ces congés, je ne reviendrai pas. ici, je développe d'autres<br /> projets professionnels, ça se met en place tout doucement.<br /> <br /> <br /> Je n'ai pas eu l'occasion de me justifier de quoique ce soit en fait ... d'où ce billet ;) si j'en ai le courage, je ferai peut-être part de mon ressenti, à voir...<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />